Editorial


 

L'auteur est né en 1937 dans les montagnes de la province de León, pendant la guerre d'Espagne. Il intègre à six ans et un peu forcé, l'école primaire. A 13 ans, il continue les études secondaires dans un collège français, en Italie, où il apprend le français. A Lyon (France) il passe deux ans pour obtenir la 1ère et 2ème partie du baccalauréat. Il a donc une culture européenne bien avant les accords créateurs de l'Europe des nations.

 

Il arrive en Nouvelle-Calédonie en 1958 où il passera 42 ans à enseigner.
L'auteur, Vincent Rodriguez, a enseigné dans des classes à un et à trois niveaux dans l'enseignement primaire. Il a aussi enseigné en collège d'enseignement général et de production technique et agricole, en lycée général et technologique, avant d'accepter la direction d'un lycée. Ses premières années professionnelles se sont déroulées dans l'enseignement public et privé, primaire et secondaire. Il obtient tous les examens universitaires, jusqu'au CAPES, en candidat libre. En 1970, il participera à l'ouverture du lycée privé de Nouméa (Nouvelle-Calédonie) dont il acceptera de prendre la direction quatre ans plus tard. Depuis, il ne cessera de se battre, parfois contre des directives de l'Administration, pour que les élèves reçoivent un enseignement et une éducation de qualité. Le lycée s'agrandira régulièrement pour satisfaire les demandes des parents et deviendra un phare pour la qualité de l'enseignement et de l'éducation en Nouvelle-Calédonie. L'aura du lycée s'étendra dans les pays anglophones environnants et francophones du monde.

 

Pendant ses premières années d'enseignant il créa un syndicat dont il fut le secrétaire général plusieurs années durant. Son objectif de syndicaliste a toujours été la défense du bien-être des personnels, dans la justice et l'équité, et la qualité de l'enseignement offert aux jeunes fréquentant les établissements scolaires.

 

Comme directeur il fut le pionnier, dans l'enseignement en Nouvelle Calédonie, pour mettre l'outil Internet au service de l'administration, des élèves et du corps enseignant du lycée. Après une très courte démonstration, il avait perçu les avantages offerts par cet outil, mais aussi les risques possibles à venir. Il avait perçu que les livres, les écrits, les images et le son, fabriqués n'importe où dans le monde, seraient mis à la disposition des populations, à la faveur des nouvelles technologies, avec une rapidité presque instantanée. Tout un chacun, du moins ceux qui ont accès à ces nouvelles technologies, peut les recevoir. Alors, un long discours est résumé en quelques mots, une catastrophe en quelques images, ... et la vérité médiatique est admise. Cette vérité, admise très souvent sans réflexion, formate les esprits, souvent sans que le doute n'ait eu le temps de les effleurer.

 

On constate alors le rôle important de l'enseignement et de l'éducation pour former l'esprit critique de la jeunesse et les amener ainsi à s'épanouir dans la liberté constructrice du vrai soi. Comment parvenir à inculquer aux jeunes cette recherche permanente de leur propre liberté ? L'interrogation doit être permanente. Malgré les principes généraux, spécifiques à l'humanité, les réponses doivent s'adapter à chaque personne car chacune est unique.
L'auteur, Vincent Rodriguez, a toujours manifesté le plus grand respect pour chaque personne, même quand il justifiait son désaccord avec certaines opinions émises par ses interlocuteurs.

L'expérience vécue pendant cette longue carrière, dans l'enseignement et à observer la société, pourra peut-être servir si le lecteur lit ces textes en réfléchissant et avec un esprit critique ouvert. A lui de se forger son idée.

 

Dans le livre « Deviens Toi-même. Parents absents… Enfants perdus », il essaie de distiller le doute qui pourrait amener à s'interroger sur les causes du malaise sociétal. S'il y a un malaise, il y a certainement une raison ! Il y a certainement une solution ! L'auteur, Vincent Rodriguez, pense avoir constaté la dégradation de la société concomitante de la dégradation du système éducatif. Il voudrait apporter sa contribution à la réflexion sur les causes et les conséquences, néfastes pour la société, des multiples réformes scolaires et de la « sacralisation de l'individu ».

 

Dans le livre « Nouvelle-Calédonie. Des tabous, du nickel et des hommes », il tente de brosser un tableau qui rappelle le passé et le présent. Il aspire à faire projeter un regard sur ce que pourrait devenir la Nouvelle-Calédonie, déjà engagée dans un mondialisme d'affaires, si les hommes et femmes détenteurs d'une responsabilité, voulaient bien, enfin, prioriser le « destin commun » de tous.

 

Dans le livre « La liberté en espagne au XVIe siècle » il revisite le fameux siècle de l'Inquisition espagnole, mondialement condamnée. Cette relecture est faite à la lumière des dernières recherches historiques et de l'œuvre du très grand poète Fray Luis de León qui, lui-même, a subit les rigueurs de cette Inquisition.

 

Par tous ses écrits, comme dans sa vie professionnelle, l'auteur, Vincent Rodriguez, a simplement voulu provoquer une réflexion autocritique des "convictions" personnelles qui conduise le lecteur vers une plus grande liberté personnelle.
Malgré les apparences et les constats quotidiens, l'auteur, Vincent Rodriguez, croit fermement en l'intelligence humaine. Sa confiance dans la capacité de l‘être humain pour s'améliorer est inébranlable.